ASADHO - RDC

Powered by FIDH Keep your eyes open

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 20 juin 2011

L’ASADHO condamne les propos tenus par Monsieur KOYAGIOLO sur les antennes de la Radio Top Congo

L’Association Africaine de défense des Droits de l’Homme, ASADHO en sigle, est surprise de constater que lors de son interview sur la Radio Top Congo, basée à Kinshasa, en réaction au communiqué n°14/ASADHO/2011 intitulé « L'ASADHO condamne l'intolérance politique au Katanga » rendu public en date du 15 juin 2011, Monsieur KOYA NGIALO, secrétaire Général ad intérim de la Majorité Présidentielle, n’a pas condamné les incidents survenus à Lubumbashi, au Katanga.

Au sujet du vandalisme des locaux de la chaine de Radio Télévision Lubumbashi Jua (RTL J) appartenant à Monsieur Jean Claude MUYAMBO KYASSA, Président National du parti politique Solidarité Congolaise pour la Démocratie et le Développement (SCODE) par les partisans du Gouverneur MOISE KATUMBI CHAPWE, et qui a été passée au journal de 6H00 et 7H00 du matin du dimanche 19 juin 2011, Monsieur KOYAGIALO déclaré entre autre que « Cela ne nous étonne pas, c’était prévisible… chacun fait ce qu’il peut pour gagner du terrain… chacun cherche à étendre son empire pour peser dans la famille politique… »

L’ASADHO estime que dans sa prise de position, il devrait d’abord condamner les incidents intervenus à Lubumbashi, en sa qualité du Secrétaire ad intérim de la Majorité Présidentielle.

Sans exprimer de la compassion pour les victimes desdits incidents, ses propos apparaissent comme un encouragement donné aux leaders politiques de la Majorité Présidentielle de recourir même aux atteintes à l’intégrité physique et aux biens de ceux qui ne partagent pas leur opinion politique dans le but de gagner politiquement du terrain. En outre, ces propos seraient une caution à la violation des droits de l’Homme et sont tenus en violations des articles 66 et 67 de la Constitution de la République2.

Eu égard à ce qui précède, l’ASADHO recommande :

Ø Au Président de la République, autorité morale de la Majorité Présidentielle(M.P) :

- D’ordonner les enquêtes disciplinaires sur ces incidents qui ternissent l’image de la Majorité Présidentielle.

Ø Au Procureur Général de la République :

- De faire ouvrir des poursuites judiciaires à l’égard de Monsieur KOYAGIALO pour violation de la Constitution de la République Démocratique du Congo.

Fait à Kinshasa, le 20 juin 2011

                  ASADHO

Pour toute information, contactez :

Maître Jean Claude KATENDE : Président National

Téléphone (00243) 811 729 908

Maître Georges KAPIAMBA : Vice Président National

Téléphone (00243) 814043641

lundi 23 mai 2011

Encore un autre éboulement qui fait des morts au Katanga

L’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme, ASADHO en sigle, est très préoccupée par les informations lui fournies par sa représentation au Katanga, ASADHO/Katanga, au sujet de l’éboulement de la carrière de Tulizembe, située à 30 km de la ville de Kolwezi au Katanga. En date du 16 mai 2011, un éboulement est survenu à la carrière de Tulizembe vers 21H00, et dix morts et six blessés graves ont été enregistrés parmi les creuseurs artisanaux. Dans cette carrière, exploitée par les sociétés Misa Mining et le groupe Bazano, les conditions de travail sont très déplorables. Aucune mesure de sécurité ni de contrôle n’est assurée par les autorités locales afin de protéger les exploitants artisanaux, qui creusent des galléries jusqu’à 300 m de profondeur, contre l’affaissement ou le glissement éventuel des terres. L’ASADHO dénonce l’absence des mesures de sécurité de la part des autorités politico administratives du Katanga en dépit de plusieurs éboulements enregistrés depuis 2004 dans différentes carrières minières, comme dans celle de Shinkolobwe, qui ont causé beaucoup de morts et blessés. Les victimes directes et indirectes de ces éboulements sont généralement abandonnées à elles mêmes. Elles ne reçoivent pas des indemnisations ni des pouvoirs publics, ni des sociétés minières qui tirent de grands profits de l’exploitation minière artisanale. Face à cette situation, l’ASADHO recommande : A l’Assemblée Nationale : -D’interpeller le Ministre National des mines sur les mesures prises par le Gouvernement pour lutter contre les éboulements et assurer la protection des creuseurs artisanaux. Au Gouverneur de la Province du Katanga -De mettre en place une commission d’enquête sur les éboulements intervenus au Katanga depuis 2004 afin d’établir la responsabilité des personnes y impliquées. Au Procureur Général près la Cour d’Appel de Lubumbashi. -D’engager des poursuites judiciaires contre les Sociétés Misa Mining et Groupe Bazano pour violation de la législation minière. Fait à Kinshasa et à Lubumbashi, le 23/05/2011 Pour toute information, contactez :

Maître Jean-Claude KATENDE : Président national

Téléphone : +243811729908

Maître Georges KAPIAMBA : Vice-président National

Téléphone : +243814043641

Mr Jean-Claude BAKA : Président ai, ASADHO/Katanga

Téléphone : +243814686111